coquillage

coquillage [ kɔkijaʒ ] n. m.
• 1573; de coquille
1Mollusque, généralement marin, pourvu d'une coquille; spécialt un tel mollusque comestible (cf. Fruit de mer). Principaux coquillages comestibles : amande de mer, coquille Saint-Jacques, bernicle, bigorneau, buccin, bulot, clam, clovisse, cône, coque, couteau, huître, moule, murex, ormeau, palourde, patelle, pétoncle, pholade, praire, triton, trompette, vénus, vigneau. Élevage de coquillages. conchyliculture. Le mollusque. Manger des coquillages.
2Par ext. La coquille elle-même. Collier de coquillages. Coquillage doré, nacré, rosé, irisé. « le coquillage plein de rumeurs qu'ils appliquent à leur oreille » (Claudel). « Ce coquillage qui m'offre un développement combiné des thèmes simples de l'hélice et de la spire » (Valéry).

coquillage nom masculin (de coquille) Mollusque revêtu d'une coquille. Partie molle, vivante qui est à l'intérieur : Manger des coquillages. La coquille même : Grotte couverte de coquillages.

coquillage
n. m.
d1./d Mollusque pourvu d'une coquille. Manger des coquillages.
d2./d Coquille vide d'un tel animal. Collier de coquillages.
|| Spécial. (Vanuatu) (Plur.) Ces coquilles, destinées à être vendues aux collectionneurs.

⇒COQUILLAGE, subst. masc.
A.— Mollusque (généralement marin et comestible) qui habite une coquille. Coquillages comestibles, manger des coquillages crus :
1. N'est-elle que le sentiment de désirer ou de trouver, dans une œuvre humaine, cette certitude dans l'exécution, cette nécessité d'origine intérieure, et cette liaison indissoluble et réciproque de la figure avec la matière que le moindre coquillage me fait voir? Mais notre mollusque ne se borne pas à distiller en mesure sa merveilleuse couverte.
VALÉRY, Variété V, 1944, p. 35.
P. compar. Intérieurement l'homme est un assemblage de coquilles. (...) la vie partielle construit sa demeure comme le coquillage construit sa coquille (BACHELARD, Poét. espace, 1957, p. 111).
B.— P. ext. La coquille même. Collier de coquillages. Comme un pèlerin de Palestine emporte sur son habit les coquillages de la rive, ainsi vous nous aviez attachés au bord du manteau du matin (QUINET, Ahasverus, 1833, 4e journée, p. 350) :
2. Cette petite fille à la peau presque noire,
...
Qui cueille sa parure aux buissons des chemins,
Et qui n'a pour orner ses bras et ses oreilles
Qu'un rang de coquillage ou de graines vermeilles;
...
LAMARTINE, Toussaint Louverture, 1850, I, 2, p. 1273.
[Avec une valeur symbolique] :
3. ... Charbonneaux-Lassay écrit (Le bestiaire du Christ, p. 922) : « pris dans son ensemble, test et organisme sensible, le coquillage fut, pour les Anciens, un emblème de l'être humain complet, corps et âme. La symbolique des Anciens fit de la coquille l'emblème de notre corps qui renferme dans une enveloppe extérieure l'âme qui anime l'être entier, représenté par l'organisme du mollusque.
BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, p. 114.
P. compar. La peau, la chair des femmes [ressemble] à la chair des fruits, au duvet des fleurs. Telle corolle ou coquillage est comme un sexe (FAURE, Esprit formes, 1927, p. 196).
Expr. fig., péj. Raisonner comme un coquillage. Faire un raisonnement creux, déraisonner. — Vous raisonnez comme un coquillage, (...) voilà Danglars, qui est un finot, un malin, un grec, qui va vous prouver que vous avez tort (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 39).
C.— [P. anal.]
1. [De forme] Ce qui rappelle la forme arrondie ou la couleur d'un coquillage.
a) [À propos du corps, d'une partie du corps] Une bouche quelquefois entr'ouverte avec la netteté rose et le nacré d'un coquillage (GONCOURT, Journal, 1865, p. 135).
b) [À propos d'une chose] :
4. ... la chaleur du plein jour interdit tout contact entre les êtres, dresse entre eux des herses de flammes invisibles et de cristaux bouillants, où sans transition le froid de la nuit les fige un à un dans leurs coquillages de gemme, habitants nocturnes d'une banquise sèche, ...
CAMUS, L'Exil et le royaume, 1957, p. 1581.
2. [De fonction; p. réf. au murex, mollusque dont les Anciens tiraient la pourpre] Une belle journée humaine est un coquillage de soleil, de nacre et de sel, — d'intelligence, de plaisir et de larmes. Elle sent que la destinée du coquillage est de donner une goutte de pourpre, et elle la donne (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 178).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Coquillagé, ée, adj. Couvert de coquillages. Petit temple Renaissance, tout en coquillages (...) les armoiries du maître de la maison sont soutenues par deux nègres tout coquillagés (GONCOURT, Journal, 1860, p. 812). b) Coquillageux, euse, adj. Même sens. Elle [la Tarasque] roulait au gré de tous les courants marins, luisante, algueuse, coquillageuse, mais sans avarie (A. DAUDET, Port-Tarascon, 1890, p. 248).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. 1573 (JACQUES DE BILLY, Œuvres spirituelles, 151 v° ds DELB. Notes). Dér. de coquille, suff. -age. Fréq. abs. littér. :509. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 702, b) 960; XXe s. : a) 523, b) 735. Bbg. DUB. Dér. 1962, p. 82 (s.v. coquillageux). — GOUG. Mots t. 1 1962, p. 85. — QUEM. Fichier.

coquillage [kɔkijaʒ] n. m.
ÉTYM. 1573; de coquille.
1 Mollusque (généralement marin) pourvu d'une coquille. Testacé. || Noms de coquillages. Bigorneau, buccin, clam, clovisse, cône, coque, couteau, cyprée, huître, jambonneau, moule, palourde, pinne, porcelaine, praire, solen, triton, trompette. || Coquillage turriculé, en forme de tour. || Coquillages lithophages. || Coquillages palustres. || Coquillages comestibles. Fruit (de mer). || Aimer les coquillages. || Manger des coquillages. || Élevage des coquillages. Conchyliculture. || Lieux ménagés pour l'élevage des coquillages. Bouchot, claire, moulière, parc. || Exploiter un gisement (II., 3.) de coquillages. || Chercher des coquillages sur la plage (aussi au sens 2).
1 Sous ces végétations se dérobaient et se montraient en même temps les plus rares bijoux de l'écrin de l'océan, des éburnes, des strombes, des mitres, des casques, des pourpres, des buccins, des struthiolaires, des cérites turriculées. Les cloches des patelles, pareilles à des huttes microscopiques, adhéraient partout au rocher et se groupaient en villages (…) Les galets ne pouvant que difficilement entrer dans cette grotte, les coquillages s'y réfugiaient. Les coquillages sont des grands seigneurs, qui, tout brodés et tout passementés, évitent le rude et incivil contact de la populace des cailloux.
Hugo, les Travailleurs de la mer, II, I, XIII.
1.1 Si alors il me vient à l'esprit que ce coquillage, qu'une lame de la mer peut sans doute recouvrir, est habité par une bête, si j'ajoute une bête à ce coquillage en l'imaginant replacé sous quelques centimètres d'eau, je vous laisse à penser de combien s'accroîtra, s'intensifiera de nouveau mon impression, et deviendra différente de celle que peut produire le plus remarquable des monuments que j'évoquais tout à l'heure !
Francis Ponge, le Parti pris des choses, p. 74-75.
Spécialt. Coquillage comestible, à l'exclusion des huîtres (→ ci-dessous, cit. 2) et parfois des moules. || Plateau de fruits de mer composé d'oursins, d'huîtres et de coquillages.
2 — Je viens déguster… Des coquillages ? — Tout juste. Je vous prépare un panaché ? — Moitié moules, moitié clovisses. — Et deux beaux violets au milieu. — Avec une bouteille de petit vin blanc.
M. Pagnol, Marius, I, 4.
2 Par ext. Coquille de mollusque. || Un collier de coquillages. || Coffret, miroir garni de coquillages. || Coquillages bruissants. || Coquillage doré, rosé, nacré, irisé.
3 L'amoncellement étincelant des coquillages faisait sous la lame, à de certains endroits, d'ineffables radiations à travers lesquelles on entrevoyait un fouillis d'azurs et de nacres, et des ors de toutes les nuances de l'eau.
Hugo, les Travailleurs de la mer, II, I, XIII.
4 (…) ces coquillages qui, lorsqu'on les approche de l'oreille, simulent le bruit roulant des vagues.
Huysmans, Là-bas, V, p. 70.
5 Ce coquillage que je tiens et retourne entre mes doigts, et qui m'offre un développement combiné des thèmes simples de l'hélice et de la spire (…)
Valéry, Variété V, L'homme et la coquille, p. 12.
6 Sur la chevelure de la princesse, et s'abaissant jusqu'à ses sourcils, puis reprise plus bas à la hauteur de sa gorge, s'étendait une résille faite de ces coquillages blancs qu'on pêche dans certaines mers australes et qui étaient mêlés à des perles (…)
Proust, le Côté de Guermantes, Folio, p. 48.
Par comparaison :
7 Une bouche quelquefois entr'ouverte avec la netteté rose et le nacré d'un coquillage.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 1865, p. 135, in T. L. F.
Loc. plais. Vx. Raisonner comme un coquillage : faire un raisonnement creux (Dumas, le Comte de Monte-Cristo, in T. L. F.). → Comme un tambour.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • coquillage — Coquillage. s. m. Petits poissons à coquilles ou testacées. Le menu peuple des costes de la mer vit de coquillage. toute cette coste de mer est pleine de coquillage. Il signifie aussi, Un amas de coquilles. Il est curieux de coquillages. une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • coquillage — COQUILLAGE. s. m. Terme collectif. Petit poisson à coquille, ou testacée. Le menu peuple des côtes de la mer vit de coquillages. Toute cette côte est pleine de coquilloges. Il y a des coquillages de mer, d eau douce et de terre. [b]f♛/b] Il… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Coquillage — (frz., spr. kockĭjahsch ), Muschelwerk …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Coquillage — (frz. Kokilljasch), Verzierung mit Muscheln; Coquillon (Kokilljong), Muschelsilber zum Malen …   Herders Conversations-Lexikon

  • Coquillage — Coquille (mollusque) Pour les articles homonymes, voir Coquille. Coquille de nautile (Nautilus macromphalus) Une coquille es …   Wikipédia en Français

  • COQUILLAGE — s. m. Petit animal qui habite dans une coquille. Sur les côtes de la mer, les pauvres gens se nourrissent en partie de coquillages. Toute cette côte est pleine de coquillages. Il y a des coquillages de mer, d eau douce et de terre.   Il signifie… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • COQUILLAGE — n. m. Mollusque recouvert d’une coquille. Les huîtres, les moules, les clovisses etc., sont des coquillages. Il y a des coquillages de mer, d’eau douce et de terre. Il se dit aussi de Cette coquille quand elle est vide. Le coquillage de la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Coquillage d'Or — Coquille d or La Coquille d or, parfois appelé aussi Coquillage d Or (Urrezko Maskorra en basque ou Concha de Oro en espagnol), est la récompense suprême décernée par le jury du Festival de Saint Sébastien (Espagne). Elle est accordée au meilleur …   Wikipédia en Français

  • coquillage — (ko ki lla j , ll mouillées, et non ko ki ya j ) s. m. 1°   Animal revêtu d une coquille. Les coquillages abondent sur les bords de la mer. •   Les coquillages composent deux grandes familles ; celle des conques dont la coquille est formée de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Coquillage — Co|quil|lage [kɔki ja:ʒ] die; , n [...ʒn̩] <aus gleichbed. fr. coquillage zu coquille, vgl. ↑Coquille> Muschelwerk als Wandverzierung …   Das große Fremdwörterbuch

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.